We use cookies to deliver our online services. Details of the cookies we use and instructions on how to disable them are set out in our Cookies Policy. By using this website you agree to our use of cookies. To close this message click close.

L'innovation, moteur des transactions dans le secteur des TMT en 2014

20 décembre 2013

Selon un rapport récemment publié par Hogan Lovells, l'innovation croissante des produits et des services au sein du secteur des TMT (Technologies Médias Télécommunications) va continuer à soutenir les transactions au sein de ce secteur en 2014 et au-delà.

Le 'Rapport Evolution' sur les stratégies de croissance publié par Hogan Lovells examine les conditions nécessaires à une reprise de l'économie mondiale, au travers d'une enquête menée auprès de 240 dirigeants d'entreprises multinationales, dont une cinquantaine du secteur des TMT.

Ce rapport montre que sept dirigeants du secteur des TMT interviewés sur dix identifient l'innovation croissante des produits et des services comme le changement le plus significatif au sein de leur industrie depuis la crise financière mondiale ; et ce, dans un contexte où ils doivent préserver leur avantage compétitif et investir dans les nouvelles technologies. Cette proportion de sondés citant l'innovation comme élément clé est plus importante que dans n'importe quel autre secteur.

Il paraît clair que les sociétés du secteur des TMT ont aujourd'hui tendance à privilégier d'autres types de transactions plutôt que des opérations purement M&A. Alors que certaines des principales opérations de fusions-acquisitions des douze derniers mois ont concerné le secteur des TMT (i.e. Dell et Silver Lake, Verizon et Vodafone), plus d'un interviewé sur trois (35%) du secteur des TMT estime que les fusions-acquisitions n'ont pas réussi à produire les bénéfices attendus. Ceci constitue le plus important niveau d'insatisfaction de notre enquête, tous secteurs confondus.

Ainsi, alors même que les conditions de financement s'améliorent, les conseils d'administration vont continuer à s'orienter vers des partenariats stratégiques : notre rapport met en évidence que 68% des décideurs de ce secteur citent les partenariats comme une alternative de choix, particulièrement pendant les périodes de crise.

"Le dynamisme du secteur des TMT ne se dément pas. Le nombre de transactions est en hausse du fait de la nécessité d'innovation et de consolidation, de l'amélioration des conditions de financement ainsi que de la nécessité d'accroître ses parts de marché dans les marchés existants et de s'introduire sur de nouveaux marchés", explique Peter Watts, associé chez Hogan Lovells.

"Dans un secteur qui évolue rapidement, il existe une réelle pression pour agir vite et pour savoir prendre des risques. Ainsi, des alternatives aux opérations purement M&A, telles que des partenariats stratégiques, sont de plus en plus étudiées", poursuit-il.

Les autres points clés du rapport :

• Les TMT, le secteur détenant le plus de trésorerie : les entreprises internationales détiennent des niveaux record de trésorerie (5 600 milliards de US$), presque le double des niveaux d'il y a 10 ans. Parmi l'ensemble des secteurs étudiés par notre enquête, le secteur des TMT est celui qui, en 2013, détient le plus important niveau de trésorerie, avec des montants en hausse de 19% (supérieurs à 1 100 milliards US$ pour 170 sociétés).
• Les TMT vont donner la priorité à la gestion des talents : la concurrence entre sociétés du secteur des TMT pour attirer les talents est féroce. L'attention portée aux recrutements et à la formation va jouer un rôle clé.
• L'Europe et l'Amérique du Nord sont des zones de croissance clés : Plus de 70% des décideurs du secteur des TMT envisagent de s'implanter dans de nouvelles zones géographiques et de se lancer dans de nouvelles activités. Au sein du secteur des technologies, des transactions sont attendues en Europe occidentale et en Amérique du Nord, et particulièrement en Europe en ce qui concerne les télécommunications. Les sous-secteurs connaissant la plus importante activité devraient être la cyber-sécurité et le big data.
• Le secteur des médias devrait connaître une hausse des fusions-acquisitions : ceci est principalement dû aux nouvelles façons de produire et de vendre les contenus, qui menacent les business modèles existants.

 

Notes
Hogan Lovells a réalisé cette étude avec FT Remark, en interviewant 240 décideurs de sociétés cotées à travers le monde. Les sondés proviennent en proportions égales de six secteurs d'industrie clés : biens de consommation, énergie, institutions financières, sciences de la vie, immobilier et TMT. Les interviews ont eu lieu en août 2013.

A propos de la pratique Corporate de Hogan Lovells
Avec 350 associés et plus de 1 000 avocats à travers le monde opérant dans 22 pays en Asie, en Europe, en Amérique Latine, au Moyen-Orient et aux Etats-Unis, Hogan Lovells, qui est classé 14ème en volume et 20ème en valeur au troisième trimestre 2013, offre un service et un conseil véritablement intégrés sur les opérations de fusions-acquisitions mondiales les plus significatives, complexes et sophistiquées. En France, Hogan Lovells s'est classé 2ème en volume et 4ème en valeur au sein du classement fusions-acquisitions publié par le Magazine des Affaires pour le 1er semestre 2013.

A propos de Hogan Lovells
Hogan Lovells est un cabinet d’avocats mondial qui accompagne les entreprises, les institutions financières et les organismes d’État sur l’ensemble de leurs problématiques juridiques tat au niveau local que sur le plan international. Le cabinet compte plus de 2400 avocats répartis dans plus de 40 bureaux aux États-Unis, en Europe, en Amérique Latine, au Moyen-Orient et en Asie.
Hogan Lovells est un cabinet d'avocats international qui regroupe Hogan Lovells International LLP, Hogan Lovells US LLP et leurs entités affiliées.
Les termes "associé" et "partner" désignent un associé de Hogan Lovells International LLP, Hogan Lovells US LLP ou de leurs entités affiliées, ou un collaborateur ou consultant de statut équivalent. Certaines personnes, qualifiées comme associés, mais n'étant pas membres de Hogan Lovells International LLP, peuvent détenir des qualifications différentes de celles des membres de Hogan Lovells International LLP.
Pour toute information complémentaire sur Hogan Lovells, les associés et leurs qualifications, veuillez consulter notre site Internet www.hoganlovells.com

 
Loading data